Cigogne noire, Ciconia nigra

 
 


Description:


Longueur : 90-105 cm.
Envergure : 175-202 cm.
A peine plus petite que la Cigogne blanche. On la distingue facilement par sa tête, son dos, son cou et sa poitrine noirs avec des reflets métalliques verts ou violets.

Habitat:


Niche dans des zones forestières étendues et marécageuses, souvent dans des bois de conifères très âgés, traversés de cours d’eau ou ponctués de marais.


Mœurs:


Elle fait un nid de branchages, haut dans les arbres. Elle est farouche lorsqu'elle revient au nid. Hiverne en Afrique, elle migre un mois plus tard que la Cigogne blanche et revient de mars à mai. Se nourrit surtout de grenouilles et d'insectes.


Evolution historique et répartition:


Au début du siècle, la Cigogne noire était signalée de passage régulier mais rare en France, surtout dans le centre et l'est du pays. Sa reproduction a été prouvée dans plusieurs régions mais la population française est encore très faible et reste donc fragile.
La Cigogne noire a l’aire de répartition la plus étendue de sa famille. On la trouve ainsi en Europe et Asie, de la péninsule ibérique jusqu’en Chine et en Corée, ainsi qu’en Afrique du Sud. En Europe, c’est un oiseau rare dont les effectifs, en progression, ont été estimés à seulement 6 300 – 9 600 couples. Il est d’ailleurs classé « Rare » à cet échelon. L’essentiel de la population se trouve en Europe de l’est : Biélorussie (950 – 1 300), Lettonie (900 – 1 300) et Pologne (950 – 1 100).
En France, la Cigogne noire s’est (ré)installée en tant que nicheuse il y a une trentaine d’années seulement. Les effectifs ne progressent cependant toujours pas de façon significative et l’estimation de notre population a même été revue à la baisse tout récemment. En 2000, la fourchette proposée était seulement de 14 – 33 couples. L’espèce est classée « Vulnérable » sur la liste rouge nationale.
En Champagne-Ardenne, l’espèce s’est implantée certainement dans les années 80 même s’il
a fallu attendre 1997 pour trouver un nid dans les Ardennes et prouver sa reproduction. Actuellement, 5 nids sont connus dans notre région : 3 dans les Ardennes, 1 dans l’Aube et 1 dans la Haute-Marne. Compte tenu de la discrétion de l’espèce, on peut raisonnablement penser que les effectifs sont largement supérieurs. Nous proposons ainsi 5 – 15 couples nicheurs pour cette espèce. Notre région représente ainsi 30 à 50 % de l’effectif national, c’est dire son importance pour cette espèce…


Menaces et mesures de conservation:


De nombreux facteurs peuvent interférer avec la conservation de la Cigogne noire en Champagne-Ardenne. Tout d’abord, les sites de reproduction forestiers restent fragiles, l’espèce étant particulièrement sensible au dérangement. Signalons cependant que les nids situés en forêt gérée par l’ONF sont protégés et qu’aucune intervention n’est ainsi réalisée dans un rayon de 300 m alentour en période de reproduction. Par ailleurs, l’espèce stationne en des endroits où elle ne niche pas comme les plans d’eau et les vallées. Les étangs privés ne bénéficient d’aucune mesure assurant la pérennité de leur capacité d’accueil. Ainsi, le deuxième site de stationnement régional (et le troisième en France) situé dans le sud de l’Argonne (ZICO des étangs d’Argonne) ne fait pas l’objet de mesures particulière. Durant l’été 2002, il a ainsi accueilli plus d’une vingtaine de Cigognes noires pendant deux mois ! La transformation des herbages au profit des cultures reste un phénomène préoccupant et diminue les sites potentiels de transit.
Enfin, en tant qu’espèce migratrice, la Cigogne noire reste menacée durant sa migration et sur ses quartiers d’hivernage africains. L’électrocution sur les pylônes et lignes moyenne et basse tension restent une source non négligeable de mortalité. Afin de conforter la reproduction et le stationnement de l’espèce chez nous, il serait nécessaire d’assurer la pérennité de tous les sites importants de halte. Une gestion plus favorable des vallées serait également à envisager.