PvB/PNRFO <p>Découvrez le territoire des Lacs et du Parc naturel régional de la Forêt d'Orient, pour vos vacances ou un weekend, avec des hébergements à taille humaine.<br />
Pour vous : 3 lacs (Orient, Temple, Amance), près du Lac du Der, ports de plaisance, loisirs nautiques, voile, kite-surf, motonautisme, ski nautique, jet-ski, pêche, baignade.<br />
Un cadre naturel exceptionnel : forets profondes, étangs, randonnée à pied, à cheval, en vélo.<br />
Plus de 265 especes d'oiseaux, migration des grues, cygogne noire, observatoires.<br />
Une terre d'histoire, voies romaines, Templiers, sculpture Renaissance, musée Napoléon, ecomusée.<br />...</p> Pascal Bourguignon / PNRFO <p>Le Balcon du Parc est une route touristique permettant de découvrir le Parc naturel régional de la Forêt d'Orient.</p> Gary Rodgers <p>Coucher de soleil sur le Lac d'Orient.<br />
En mémoire d'Alan Oswald Rodgers, Néo-Zélandais, pilote de Lancaster (1923-1944).</p> Anne villaumé / PNRFO <p>Pour la construction du nouvel observatoire du Lac du Temple, une technique respectueuse de l'environnement a été utilisé, le débardage.</p> Peter van Bussel / PNRFO <p>200 étangs au moyen-âge, aujourd'hui près de 70. Tous privés, certains sont accessibles en restant sur les chemins de randonnée.</p> PvB/PNRFO <p>
	Le Lac Orient, un des trois Lacs de la Forêt d'Orient. Image prise au mois de juin, le niveau de l'eau étant assez haut.</p> PNRFO <p>Ici une Caloptéryx Vierge. Après l'accouplement, la femelle pond ses oeufs dans l'eau. Les larves muent plusieurs fois avant de sortir au grand air pour devenir des libellules... </p> Ludovic Thiérard <p>
Pont donnant accès à l'entrée par la grille d'honneur du Château de Brienne</p> Ange Franquin <p>Port de plaisance de Mesnil Saint-Père. Lac d'Orient.</p> Jean-Marc Cambuzat <p>Port-Dienville, pour tous les passionnés de vitesse nautique, jet-ski, ski-nautique, bateaux à moteur...</p> PvB/PNRFO <p>Au point de vue du Croît, une table d'orientation avec des vues imprenables sur la Champagne humide, avec ses lacs, forêts et champs.</p> Ange Franquin <p>Le lac d'Orient: loin du bruit des moteurs...vive la voile sur toutes ses formes.</p> Peter van Bussel / PNRFO <p>Les lacs du PNR de la Forêt d'Orient atteignent des niveaux différents dans l'année, il n'est donc pas rare de croiser des arbres immergés sur les berges.</p> PvB / PNRFO <p>Cet itinéraire de 42 km relie Troyes aux lacs, presque entièrement sur chemins protégés.</p> Pascal Bourguignon / PNRFO <p>Grands Lacs, forêts majestueuses, étangs, rivières, faune sauvage, prés et champs, grandes cultures, vignoble, plateaux et rivières, architecture à pans de bois, …</p>

Grue cendrée, Grus grus

 
 


Description:


Longueur 96-119 cm.
Envergure : 180-222 cm.
Oiseau extrêmement grand, avec de très longues pattes et un long cou étroit. Plumage principalement gris bleuté clair. La tête et le cou présentent un dessin noir et blanc. La peau nue à l'arrière du crâne est rouge. Les tertiaires allongées sont très fournies, ce qui donne l'illusion d'une queue ébouriffée.

Habitat:


Niche dans les tourbières et les marais de la taïga, les roselières des lacs, sur des terrains humides mais principalement dans les régions désertes. Le nid est en général cerné d'eau, construit dans une zone humide, au moins partiellement inondée.
Lors des stationnements migratoires ou en hivernage, les Grues s'alimentent principalement dans les vastes espaces agricoles dégagés, situés à proximité de grands plans d'eau peu profonds et peu perturbés, utilisés comme dortoirs nocturnes.


Mœurs:


Sa célèbre danse est généralement exécutée au printemps par les couples. Parfois, la danse peut regrouper plusieurs centaines d'oiseaux dans des endroits précis. Alimentation : végétaux, graines, châtaignes d'eau et même insectes. L'élevage des jeunes, jusqu'à l'envol,  se fait dans des milieux à forte productivité biologique, incluant les prairies humides pâturées ou fauchées tardivement.


Répartition et tendances:


La Grue cendrée est l’espèce de la famille qui a la plus large répartition : elle se reproduit de l’Allemagne à la Sibérie. En Europe, son aire de reproduction est continue de l’ancienne Allemagne de l’Est à la Russie. Quelques couples nichent également en Angleterre, France, République tchèque, Roumanie et, depuis 2002, Pays-Bas. Ses effectifs sont évalués à 52 000 – 81 000 couples répartis principalement en Russie (30 000 – 50 000), Suède (10 000 – 15 000), Finlande (4 000 – 6 000), Pologne (2 300 – 2 600) et Allemagne (2 250 – 2 270). Cette espèce reste classée « Vulnérable ».
En France, la Grue cendrée s’est remise à nicher en 1985 (un couple dans l’Orne). Actuellement, elle ne se reproduit de manière certaine qu’en Lorraine avec 1 – 3 couples. La Grue cendrée est donc classée « Vulnérable » en tant que nicheuse. Cette espèce reste avant tout un oiseau migrateur et, dans une moindre mesure, un hivernant. La population ouest-européenne a été estimée récemment à environ 140 000 individus. Cette augmentation est à mettre en relation avec l’accroissement du nombre de couples reproducteurs mais aussi à une modification de la voie de migration de certains oiseaux russes, baltes et finlandais qui passent désormais par le couloir d’Europe de l’Ouest. L’hivernage en France s’est également fortement développé pour atteindre actuellement 37 000 – 68 000 individus. L’espèce est classée « A Surveiller » en hiver.
La Champagne-Ardenne est située sur le trajet de migration de cette espèce. Avec la création des grands lacs réservoirs de Champagne Humide, les stationnements sont devenus de plus en plus importants quantitativement et dans le temps. L’hivernage s’y est d’ailleurs développé consécutivement à l’accroissement des stationnements de l’automne. Si quelques couples se reproduisent peut-être déjà chez nous, aucune preuve de nidification certaine n’a jamais été apportée si ce n’est l’arrivée de quelques familles en juillet – août sur le lac du Der-Chantecoq dont on ne sait où elles se reproduisent. L’espèce reste avant tout une migratrice et la grande majorité des quelque 140 000 individus survole notre région, principalement de mi-octobre à fin novembre et de début février à début mars. Les stationnements se produisent principalement sur le lac du Der qui accueille à chaque saison 50 000 – 100 000 oiseaux, ce qui en fait maintenant le premier site de stationnement en Europe occidentale. Ailleurs, on peut également citer les lacs de la forêt d’Orient, certains étangs de Champagne Humide et d’Argonne et quelques vallées inondables, surtout lors de la remontée prénuptiale. L’hivernage concerne maintenant 13 000 – 20 000 Grues cendrées, essentiellement sur le lac du Der (les lacs de la Forêt d’Orient n’en accueillent que 300 – 525).


Menaces et mesures de conservation:


Espèce protégée, la Grue cendrée n’est pas vraiment menacée. Cependant, le fait de concentrer autant d’individus en si peu de sites est à l'origine d’éventuels problèmes. Il conviendrait ainsi de régler le problème des dégâts aux cultures de printemps qui tend à générer des conflits avec le monde agricole et perturber le stationnement des oiseaux en février – mars. La poursuite des MAE sur ces zones devrait être entreprise.